OVH milliardaire en 2020 grâce à une nouvelle levée de fonds de 250 millions d’euros

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

La star française de l’hébergement Web et du cloud computing OVH amplifie son plan de développement à l’international. Au programme : l’ouverture de 12 nouveaux datacenters dans 11 pays. Ambition ? Quadrupler de taille en 5 ans en atteignant un chiffre d’affaires de 1 milliard d’euros en 2020.

OVH annonce avoir bouclé une augmentation de capital minoritaire de 250 millions d’euros, réalisée auprès des fonds KKR et Towerbrook. La valorisation de l’entreprise française dépasse ainsi le milliard d’euros. OVH va pouvoir financer son plan de développement à l’horizon 2020, qui prévoit un fort développement à l’international. 1,5 milliard d’euros seront investis dans les quatre prochaines années pour franchir un nouveau cap, avec l’objectif dépasser la barre du milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2020.

OVH relève ses ambitions. Plus question de se cantonner, sur le plan opérationnel, à la France et au Canada. La star française de l’hébergement Web et du cloud computing part à la conquête du monde entier ou presque. Elle a annoncé l’ouverture de 12 sites de datacenters dans onze pays, dont les Etats-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Pologne, Singapour et l’Australie. C’est un virage stratégique majeur pour la star française de l’hébergement Web et du cloud computing. Il a été annoncé par son CEO Laurent Allard lors de son évènement qui a réuni quelque 2 200 personnes parmi ses clients et partenaires, le 24 septembre 2015, aux Docks de Paris.

ALTERNATIVE EUROPÉENNE DE CLOUD
L’objectif est osé. “Nous sommes déjà reconnus comme l’alternative européenne en matière d’hébergement Web et de cloud computing aux géants américains, affirme Octave Klaba, prenant ainsi le contre-pied de Cloudwatt et Numergy, qui, eux, jouent exclusivement la carte française. Nous voulons conforter cette position en étendant notre couverture sur quatre continents : l’Europe, l’Amérique, l’Asie et l’Australie.” Les Etats-Unis recevront deux sites, l’un sur la côte est, l’autre sur la côte Ouest.

Fondée en 1999 à Roubaix par Ocatve Klaba et sa famille venue de Pologne, OVH s’impose aujourd’hui comme le numéro un européen et numéro deux mondial de l’hébergement de sites Web, derrière Amazon, selon les chiffres de Netcraft. La société compte aujourd’hui 1050 personnes et a dépassé les 250 millions d’euros de chiffre d’affaires sur l’exercice fiscal clos le 31 août 2015.

Laurent Allard, qui a succédé en février 2015 à Octave Klaba en tant que CEO, mise sur le développement du cloud computing pour accélérer cette expansion. Avec l’ambition dans 5 ans de dépasser les 3000 personnes et de franchir la barre de 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires.

COURSE AVEC LES BIG FOUR AMÉRICAINS
Depuis un an, OVH est présent dans le cloud computing sous ses trois formes (infrastructure IaaS, plateforme PaaS et logiciels à la demande SaaS via une place de marché) et ses trois modes de déploiements (privé, public et hybride). Si cette activité ne représente qu’environ 25% de son chiffre d’affaires total aujourd’hui, elle lui offre les plus belles perspectives de croissance. Mais pour en profiter, il devra tenir la course avec les “Big Four”, ces quatre géants américains qui dominent aujourd’hui le marché mondial : Amazon Web Services, Microsoft, IBM et Google.

“Nous sommes déjà compétitifs puisque nos prix sont plus bas que ceux d’Amazon Web Services, assure Laurent Allard. Pour le rester, nous continuerons à monter en taille et augmenter nos volumes d’activités. Nous sommes sur un marché où l’effet volume est primordial. C’est sur ce point que se joue la bataille du cloud. En augmentant les volumes, nous pourrons baisser les prix et accroitre la base des clients, et donc les revenus.”

Le patron d’OVH cite plusieurs acteurs du digital qui se sont imposés comme leaders grâce à l’avantage de volume. “Prenez l’exemple de Facebook. Le panier moyen par abonné est de seulement 6 dollars par an. C’est très peu. Mais multiplié par 1,5 milliard d’abonnés, cela fait beaucoup, beaucoup d’argent. C’est le même modèle à l’œuvre dans le cloud computing… Et c’est ce qui a cruellement manqué à Cloudwatt et Numergy pour réussir”,analyse Laurent Allard.

BATAILLE DES VOLUMES
C’est pour gagner cette course aux volumes qu’OVH a revu son plan d’expansion à l’international. Aujourd’hui, il dispose de 17 datacenters répartis sur 5 sites : quatre en France (Roubaix, Strasbourg, Paris et Gravelines) et un près de Montréal, au Canada, équipés au total de 220 000 serveurs. Jusqu’ici, il envisageait l’ouverture de seulement deux nouveaux sites : l’un en Asie, l’autre sur la côte est d’Amérique du Nord. Pour gagner la bataille des volumes, il a dû changer ses plans et porter le nombre de nouveaux sites en projet à douze. De quoi lui donner une couverture mondiale de 17 sites, comparable à celle d’Amazon Web Services (11 sites) ou de Microsoft (19 sites).

OVH revendique aujourd’hui 930 000 clients, presque autant qu’Amazon Web Services (1 million). Outre les développeurs, start-up, PME et particuliers qui formaient ses premiers adeptes, OVH séduit de plus en plus de grandes entreprises, comme Michelin, CGI, Société Générale ou Bosch. Parmi sa clientèle, figurent désormais 14 sociétés du CAC 40 et 155 des 1000 plus grands groupes au monde.

Source : http://www.usine-digitale.fr/article/ovh-milliardaire-en-2020-grace-a-une-nouvelle-levee-de-fonds-de-250-millions-d-euros.N352757

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »